14860

Titre : Biologie, ecologie et dynamique d’invasion de deux espèces Envahissantes dans la vallée du fleuve Sénégal : Ceratophylum demersum L. et Najas marina L.
Localisation : CRD-OMVS
Numéro accession : 14860
Collectivité auteur : Université Cheikh Anta Diop
                                         Faculté des Sciences et Techniques
Ville d’édition : Dakar, Sénégal
Date d’édition : 2015
Editeur : UCAD
Collation : 51p., fig., tabl., cartes, photos
Diplôme : Mémoire d’étude
Etablissement académique : Université Cheikh Anta Diop
Résumé : Les macrophytes aquatiques proliférant dans la vallée du fleuve Sénégal constituent une sérieuse menace pour la sauvegarde de la biodiversité mais aussi une contrainte pour le développement socio-économique et sanitaire de la localité. Dans le Parc national des Oiseaux de Djoudj, il est noté une prolifération trop importante de plantes aquatiques. Dans l’optique d’une sauvegarde de ce patrimoine, il est important de bien connaitre ces plantes afin mettre au point un programme pertinent de gestion de cette prolifération. C’est dans ce cadre que cette étude a été menée pour contribuer à une meilleure conservation de la diversité biologique de la vallée du fleuve Sénégal. Elle vise à : (1) -connaitre la biologie et l’écologie de Ceratophyllum demersum et de Najas marina ; (2) -déterminer la dynamique d’invasion de ces deux espèces ; et (3) – connaitre leurs utilités et utilisations par les populations locales. L’étude a été réalisée dans le Parc National des Oiseaux du Djoudj (PNOD). Le travail consistait d’abord à faire des observations directes et à réaliser des enquêtes ethnobotaniques dans les villages environnants du parc. L’étude de la distribution a montré que les deux espèces colonisent des cours d’eau différents. Ceratophyllum demersum est présente dans le canal de crocodile et dans le marigot du Gorom avec des taux de recouvrement identiques dans les deux sites envahis. Najas marina est retrouvée dans le Grand Lac et dans le marigot du Khar. L’espèce est plus abondante dans le marigot du Khar (avec un recouvrement > 60 %) et moins abondante dans le Grand Lac. L’étude de la croissance du Ceratophyllum demersum a montré que la plante colonise l’espace en augmentant sa longueur de croissance par élongation et en émettant plusieurs ramifications. Par ailleurs, lorsque les concentrations en phosphore sont élevées, la croissance de Ceratophyllum demersum tend à se stabiliser. L’étude de la germination des graines de Najas marina a montré que le comportement germinatif des graines de Najas marina est différent en fonction des traitements. Les graines scarifiées ont présenté un pouvoir germinatif élevé ou considérable (entre 77 et 88%) avec un temps de germination relativement court (7 jours) par rapport à celui des graines non traitées qui est faible. Les études ethnobotaniques ont montré que les deux espèces ne présentent pas d’utilités pour les populations vivant aux alentours du parc et que leur apparition est source de nuisances sur la santé de l’homme, sur ses activités et sur le milieu naturel. (Résumé d’auteur)
Share on print
Imprimer
Share on facebook
Facebook
Share on linkedin
LinkedIn
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Réseaux Sociaux
Abonnez-vous à notre newsletter
Statistiques
  • 0
  • 2
  • 3 758
  • 28 929
  • 59 651
  • 15