15012- Etude statistique et modélisation pluie-débit à l’aide des modèles conceptuels globaux GRAJ et GR2M: Application sur le bassin versant du fleuve Gambie à la station de Kédougou.

Résumé : Le continent africain a connu un déficit pluviométrique qui eut des impacts importants sur
la plupart des grands ensembles hydrologiques. L’intensité de ce déficit a touché, à des degrés divers,
la plupart des bassins hydrologiques. Le bassin du fleuve Gambie n’a pas échappé aux conséquences
de ce changement climatique. La sévérité de ce phénomène a été très marquée dans la zone
sahélienne qui a connu une sécheresse vers les années 1968. La dépendance du fleuve Gambie au
régime des précipitations du bassin versant hydrologique répercute les effets du déficit
pluviométrique sur celui-ci. L’objectif de ce travail étant de disposer d’un outil de gestion des
ressources en eau du fleuve dans ce contexte de déficit pluviométrique. Un calage du modèle est
ainsi fait puis le modèle est utilisé pour générer la série des débits des années manquantes à partir
de la série des observations des pluies. Après une analyse statistique des séries des pluies et des
débits du bassin versant du fleuve Gambie, nous avons utilisé deux modèles pluie – débit globaux
GR4J et GR2M. De cette analyse statistique, il ressort que la plupart des séries que nous avons
utilisées sont aléatoires et homogènes. Partant de ces résultats, nous avons procédé à la
détermination des quantités des séries des pluies mensuelles et annuelles et des séries des débits
Caractéristiques. Un ajustement statistique aux lois de Gauss et de Gumbel a permis de constater
que ces séries s’ajustent mieux à la loi de Gauss. Puis nous avons complété cet ajustement à d’autres
lois statistiques grâce au logiciel HYDRACCESS développé par l’IRD (disponible sur internet). Le test de
Yves Brunet Moret a permis d’affirmer que la loi la mieux adaptée à nos séries est celle de Gauss. Ce
test recherche la divergence entre l’échantillon observé et l’échantillon idéal (Brunet Moret, 1978).
Ceci vient confirmer les résultats des premiers ajustements. Les modèles globaux GR4J et GR2M
utilisés se sont révélés efficaces pour la gestion des ressources en eau du fleuve Gambie.
L’appréciation de cette efficacité s’est faite grâce aux critères de Nash qui ont donnés des valeurs
supérieures à 70%, limite en deçà de laquelle un modèle serait dit inefficace. Pour arriver à ces
résultats, il a été nécessaire de faire un calage préalable du modèle suivit d’un ajustement des
paramètres. (Résumé d’auteur)

 

15012_These en Hydrogeologie de Edmond.N.M.NIMY-le 4 jul 2009

Share on print
Imprimer
Share on facebook
Facebook
Share on linkedin
LinkedIn
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Réseaux Sociaux
Abonnez-vous à notre newsletter
Statistiques
  • 0
  • 5
  • 16 285
  • 183 955
  • 375 890
  • 27