CLIMAT ET DEVELOPPEMENT Numéro 19

Résumé : Ce travail analyse la variation des fractions pluviométriques journalières de 12 stations synoptiques et 3 stations
climatologiques sur la période 1923-2004. La méthode consiste d’abord à répartir le total annuel des précipitations en trois
fractions : P1 qui représente la somme des précipitations journalières comprises entre 0 et 20 mm; P2 les précipitations
journalières comprises entre 20 et 40 mm et P3 les précipitations journalières supérieures à 40 mm. Ensuite, d’analyser la
variabilité temporelle des ces fractions. Les résultats obtenus montrent que les différentes fractions pluviométriques évoluent
de façon indépendante. P1 et P2 varient faiblement avec des coefficients de variation compris entre 0,17 et 0,38 pour P1 et
0,24 et 0,58 pour P2. Par contre P3 varie beaucoup plus avec des coefficients de variation plus élevés compris entre 0,46 et
1. Ainsi, une tendance à la diminution du cumul des pluies supérieures à 40 mm (qui sont considérée comme les grosses
pluies) semble se dessiner à partir de la fin des années 1960. Une analyse des relations entre les pluies annuelles et les
différentes fractions pluviométriques permet de constater que les valeurs les plus importantes des coefficients de corrélation
entre les pluies annuelles et les fractions pluviométriques sont obtenues avec la fraction P3. Cette fraction, explique en
moyenne pour l’ensemble des stations plus de 60 % de la variation de la pluviométrie annuelle.
Mots-clés : fraction pluviométrique, Sénégal, Sécheresse, variabilité climatique

14902_Bodian 2015a_Evolution des fractions pluviometriques journalières au Senegal14901Actualisation_Etude nomenclature seuils ’autorisation_déclaration _prélèvements_rejets_deau fleuve senegal_Rapport finalFINAL

Share on print
Imprimer
Share on facebook
Facebook
Share on linkedin
LinkedIn
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Réseaux Sociaux
Abonnez-vous à notre newsletter
Statistiques
  • 0
  • 5
  • 3 491
  • 28 597
  • 59 735
  • 6