14416- Le développement de l’orpaillage, son impact environnemental et sanitaire dans le sud-est du Sénégal : exemple du Site aurifère de Bantako

Résumé : L’orpaillage a favorisé le développement de plusieurs villages dans le sud-est du Sénégal qui abrite les principales ressources aurifères du pays. Bantako, fait partie aujourd’hui des principales localités de la région de Kédougou où l’orpaillage est pratiqué avec plus de 2000 orpailleurs à la recherche du métal jaune. Cette activité contribue de manière substantielle à l’économie locale de cette région. Par contre, elle implique l’utilisation de produits chimiques toxiques dont le mercure. Cette étude, menée sur le site de Bantako, a pour but de contribuer à l’amélioration de l’état de connaissance sur les impacts environnementaux de l’orpaillage (en particulier du mercure) et sur les risques sanitaires. La synthèse bibliographique effectuée afin d’évaluer la problématique montre des concentrations de mercure très élevées dans les ressources en eau souterraine et de surface, dans les sédiments et dans les ressources aquatiques (poissons). Les analyses des cheveux effectuées sur les habitants de ce site montrent également des teneurs de mercure importantes. Les enquêtes ont été effectuées afin d’évaluer la perception des orpailleurs sur l’impact du mercure sur l’environnement et sur les risques qu’ils encourent. Il ressort de cette étude que le mercure est effectivement présent sur le site de Bantako, avec 88 % des enquêtés qui affirment son utilisation pour le traitement de l’or,  81 % des enquêtés disent que le mercure peut dégrader la qualité des ressources en eau, 39 % répondent que le mercure affecte le sol et seulement 30 % disent que le mercure a des impacts négatifs sur les ressources aquatiques. Seulement 53 % des enquêtés sont conscients que le mercure peut avoir des conséquences néfastes sur la santé. Le niveau de connaissance et l’attitude des femmes face au mercure ont également été évalués à travers cette enquête. Ainsi, il ressort que 65 % des femmes enquêtées affirment connaître le mercure et le décrivent comme un métal blanc. Par contre, 93 % ignorent qu’il pourrait être présent dans les sources d’approvisionnement en eau. Toutes les enquêtées ont la même attitude, c’est-à-dire l’arrêt de boire ces eaux si elles étaient conscientes de sa pollution. Une grande proportion des femmes (84%) procède d’abord à une décantation suivie d’une filtration avant la consommation de l’eau collectée. (Résumé d’auteur)

14416_ Developpement orpaillage_son impact environnemental et sanitaire dans le sud-est du senegal_site aurifere de Bantako

Share on print
Imprimer
Share on facebook
Facebook
Share on linkedin
LinkedIn
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Réseaux Sociaux
Abonnez-vous à notre newsletter
Statistiques
  • 0
  • 1 257
  • 16 252
  • 183 007
  • 374 250
  • 45